Entrevue-webinaire avec Dalie Giroux sur son livre L’oeil du maître (1ère partie de la publication)

Les trois premières questions de l’animateur et les réponses de Dalie Giroux telles que diffusées à En Profondeur sur CKUT, ckut.ca/90.3fm, lundi 5 avril entre 17h et 18h

Dalie Giroux y répond notamment à Norman Ajari

Dans la première partie publiée ici de l’entrevue-webinaire avec Dalie Giroux sur son livre L’oeil du maître, Dalie revient sur le chapitre-titre du livre, elle discute de l’influence prépondérante que la pensée de gens des Premiers Peuples d’ici a eue sur son développement intellectuel et celui de ce livre, notamment de Georges E. Sioui, Pierrot Ross-Tremblay et Noami Fontaine, et elle répond à la critique que lui adresse Norman Ajari dans l’article intitulé Amir Attaran a raison ! Racisme structurel et mythologie blanche au Québec

Cet enregistrement est habité par la référence à un livre phare intitulé Une écologie décoloniale/Penser l’écologie depuis le monde caribéen de Malcom Ferdinand

Je vous recommande aussi fortement cette entrevue avec Malcom Ferdinand sur son livre :

L’œil du maître. Figures de l’imaginaire colonial québécois

Dalie Giroux

Avec photos d’archives familiales de l’auteure

L’œil du maître interroge le mythe du maître chez nous qui définit les luttes souverainistes au Québec, la relation au territoire et aux Premières Nations. Contre la conquête, la domination, la surveil-lance, Dalie Giroux revendique une autre idée de l’indépendance, à rebours de la violence fondatrice de l’État. Elle évoque le rendez-vous manqué avec un passé-futur décolonial du Québec et la possibilité d’une chaîne de solidarités qui mobiliseraient les forces vives de la pensée autochtone, des luttes antiracistes, écologiques et féministes afin d’habiter ensemble le territoire. Autrement. Ici. Maintenant.

Extrait

La tâche décoloniale locale serait de rassembler les moyens symboliques et matériels pour déserter la domus de Champlain, sortir de la maison du maître, cesser de dire que nous sommes « hydro-québécois » , détraquer la machine de capture impériale.

Née à Lévis, Dalie Giroux, essayiste, renouvelle la tradition pamphlétaire québécoise. Elle enseigne les théories politiques et féministes à l’Université d’Ottawa. Elle a publié chez Mémoire d’encrier Parler en Amérique. Oralité, colonialisme, territoire en 2019.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *