Nous, blancs, occupons ces terres et trop souvent prétendons qu’elles sont nôtres, bien des ”nous” sont à défaire.

Nous, blancs, occupons ces terres et trop souvent prétendons qu’elles sont nôtres, bien des ”nous” sont à défaire.

Que nous nous interpellions comme canadiens ou québécois, c’est toujours comme colons que nous le faisons sans explicitement questionner notre positionnement. Le Québec et le Canada sont des entités coloniales à défaire.

Quand nous nous interpellons comme citoyens, c’est toujours aussi nous parler comme citoyens de l’État sans détruire à la base ce qui fait cette citoyenneté qui joue une place centrale dans les rouages qui perpétuent notre position de colons.

Nous n’avons de cesse de faire comme si nous étions chez nous. Mais ce ”chez nous” n’existe que parce que nous colonisons.

Nous n’avons de cesse de ne pas questionner la dynamique qui fait de nous des occupants.

Les films Québékoisie et l’Empreinte nous montrent comme des descendants de cultures autochtones et par le fait même occultent la place que nous occupons dans l’exploitation et la destruction continues des peuples autochtones et de leurs territoires.

Oublier la dynamique coloniale, c’est toujours reproduire le génocide qui est un mouvement de destruction et d’assimilation des peuples autochtones.

Le reconnaître est un très modeste début. Prendre actes contre le colonialisme n’en peut être que la suite effective.

Même la culture de l’anticapitalisme reproduit l’effacement en attribuant au prolétariat trop souvent blanc la place de l’opprimé.

Le prolétariat pourtant est celui qui fait rouler le développement capitaliste, il en est la force de travail. Sûr, il est opprimé dans cette dynamique. Mais si ces luttes, comme c’est le cas la plupart du temps, ne portent que sur l’amélioration ou la non-détérioration de ces conditions d’existence et ne remet pas en question son existence dans la dynamique du capitalisme, il se fait rouage de l’exploitation coloniale continue.

[Read more…]

Le révisionnisme historique québécois en tant que génocide continué par d’autres moyens

 

Au lieu de dire que nous vivons bel et bien sur des terres volées, occupées… autant en tant que Canada qu’en tant que Québec, que notre existence ici repose sur le pillage et l’exploitation, que nous avons participé en français comme en anglais à imposer la civilisation occidentale comme d’autres l’ont fait aussi dans d’autres langues, à une époque où heureusement notre civilisation fait face au renouveau grandissant de la résistance de peuples autochtones, nous créons des récits révisionnistes à travers la propagande cinématographique et médiatique qui tentent de nettoyer nos consciences, d’amenuiser notre différence dominante, oppressive et privilégiée, à tuer la mauvaise conscience de notre passé et présent génocidaire, à effacer la marginalisation que nous avons fait subir aux peuples autochtones, au fait que depuis notre arrivée en tant que civilisation occidentale selon les chiffres qui nous sont accessibles autour de 90% à 95% des populations autochtones ont été anéanties.

 

[Read more…]